Les vendeurs refusent de baisser leur prix, pourtant l’immobilier a bien baissé !

Les vendeurs refusent de baisser leur prix, pourtant l’immobilier a bien baissé !

Pour cette année, les spécialistes s’attendent encore à une diminution des prix de vente des biens immobiliers sur le marché. En effet, ils situeraient entre 10 et 15 % la baisse de ce secteur au courant de 2024.

Ceci s’explique par le manque de pouvoir d’achat des foyers ainsi que les taux de crédit encore élevés par rapport aux périodes précédant le commencement des crises. Toutefois, les principaux acteurs de ce domaine refusent d’y croire et affirment le contraire.

La position des vendeurs

À l’heure actuelle, malgré la tendance et les signaux indicateurs de ce marché des ventes, les promoteurs croient en la relance des prix à la hausse pour cette nouvelle année 2024. Une vision pourtant contradictoire par rapport à ce que prédisent les experts financiers. Près de 40 % des vendeurs, que ce soit des maisons ou des appartements stagnent sur leurs positions et ne veulent pas diminuer la valeur de leurs biens.

Lire aussi :  Immobilier à portée de main : Cette ville à 1h30 de Paris regorge de bonnes affaires !

En effet, ils s’accordent à rester sur les prix de base étant donné que les fonds investis dans leurs actifs ne seraient pas rentabilisés s’ils cèdent à la demande de la situation présente.

D’autre part, certains propriétaires et promoteurs souhaitent réinvestir dans un autre bien une fois l’autre vendu. S’ils baissent les prix de la vente, ils ne pourront pas réinvestir le capital. Et finalement, d’autres s’alignent encore au prix auquel ils ont acheté le bien.

Ces réflexions constituent les motivations principales derrière leur décision de ne pas accepter une diminution de la valeur de leurs propriétés.

La tendance actuelle tend vers une baisse des prix

Pour le moment une éventuelle relance de ce domaine de vente de biens immobiliers n’est pas encore totalement confirmée. Les taux appliqués par les institutions bancaires sont encore trop couteux malgré qu’ils se stabilisent et diminuent peu à peu depuis le début de l’année 2024.

Lire aussi :  La fin de l'immobilier de bureau aux États-Unis, une tendance qui touche aussi la France

De plus, les citoyens peinent encore à remonter la pente financière laisser par le passage du Covid et la crise énergétique causée par la guerre en Ukraine. Les ménages ne peuvent pas spécialement envisager d’investir dans la pierre dans les conditions actuelles.

L’unique manière de faire une reprise de ce marché est de suivre la courbe de la demande. En effet, si les vendeurs ne réajustent pas les prix de vente les transactions seront rares cette année.

Des complications pour les vendeurs

Si les vendeurs s’obstinent à maintenir les prix actuels, il est peu probable que les transactions immobilières s’intensifient d’ici la fin de l’année. Bien que l’objectif premier soit la vente des biens, la stratégie d’attendre passivement une hausse des valeurs immobilières pourrait engendrer d’importantes charges financières.

Les coûts d’entretien d’une propriété s’accumulent rapidement, représentant une charge économique non négligeable sur le long terme, qui pourrait inévitablement se solder par des pertes financières conséquentes.

Lire aussi :  Assurance vie, prêt immo ... 5 infos de la semaine à ne pas rater !

La Passion du Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

vincent cuzon
Vincent Cuzon

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *