Les stations de ski n’échappent pas à la crise de l’immobilier, amplifiée par le réchauffement climatique

Les stations de ski, emblèmes des vacances hivernales et des sports de montagne, restent les plus résistantes face à la crise de l’immobilier. Pourtant, elles font face à une situation complexe résultant à la fois des augmentations récentes des prix du marché immobilier et des effets du réchauffement climatique.

Il est apparu que les prix de ce marché sont en hausse et cela donne l’impression qu’elles résistent à la crise actuelle de l’immobilier mais la réalité est toute autre.

Des prix à la hausse, contrairement au reste du marché immobilier

Si les prix des autres secteurs de l’immobilier tendent à la baisse depuis 2023, ceux des stations de ski sont à la hausse. En effet, le secteur semble ne pas être touché par la crise puisque les clients paient majoritairement en liquide. Selon une étude effectuée par la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM), malgré les apparences, la crise de l’immobilier a eu des conséquences défavorables sur le marché des stations de ski.

Lire aussi :  Ces 3 décisions qui rendent les choses compliqués pour les investisseurs immobiliers

Actuellement, le prix moyen des logements dans les stations de ski est de 3 933 euros/m2, alors que dans le reste de la France, le prix moyen du logement est de 3 057 euros/m2. Cependant, la hausse des prix d’accès et de location rend plus difficile l’accès à ces lieux touristiques pour de nombreux vacanciers et habitants locaux.

Des défis liés aux impératifs du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique induit un défi majeur pour les stations de ski. En effet, les prévisions scientifiques indiquent que les températures plus élevées et les conditions météorologiques qui changent de façon inquiétante entraîneront des saisons hivernales plus courtes et des chutes de neige moins abondantes dans de nombreuses régions montagneuses.

Une étude du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a révélé que la durée de la saison de ski a déjà connu une diminution dans une grande partie des stations européennes. De plus, il est prévu que cette tendance se poursuive. Certains spécialistes ont même révélé que les stations localisées à basse altitude ne seront plus viables d’ici quelques décennies.

Lire aussi :  Prêt immobilier 2024 : L'apport personnel atteint des sommets

Un avenir en danger pour les stations de ski

Selon l’étude de la FNAIM, le nombre de transactions dans le marché est révisé à la baisse. Dans la période de septembre 2022 à août 2023, sur 71 stations situées dans les Alpes, le nombre de ventes réalisées était évalué à 6 477. Pourtant, en 2022, ce chiffre était à 7 705.

La flambée des prix est susceptible de compromettre l’avenir des stations. En outre, la baisse de la quantité de neige causée par le réchauffement climatique ne pourra pas être comblée par l’enneigement artificiel.

Les mesures prises pour limiter les impacts négatifs de ce changement climatique peuvent sanctionner le marché. Un grand nombre de résidences secondaires pourraient être menacé par l’interdiction de louer les logements considérés comme très énergivores.

En 2023, les interdictions de location de passoires thermiques ont commencé à être appliquées. Face à cela, des mesures d’adaptation doivent être prises afin de garder la pérennité du marché.

Lire aussi :  Le secteur du logement neuf en crise : baisse significative des permis de construire en 2024

La Passion du Patrimoine est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

vincent cuzon
Vincent Cuzon

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *